< Hygiène

Le coronavirus SARS-CoV-2 peut-il s’attraper en allant aux toilettes ?

Texte mis à jour le 2020-11-06


Oui, la COVID-19 peut s’attraper aux WC, soit en inhalant des particules virales présentes en suspension dans l’air, soit en touchant des surfaces contaminées.

Les toilettes sont des pièces étroites non ventilées. Au moins un cas de contamination dans les toilettes d’un avion a été rapporté : la personne contaminée avait retiré son masque dans les toilettes. Donc gardez votre masque aux toilettes !

Les particules virales sont présentes dans les aérosols. Ces aérosols peuvent avoir été expirés par les personnes précédentes ou produits lorsque la chasse d’eau est tirée. En effet, les selles des personnes infectées par le coronavirus SARS-CoV-2 contiennent de nombreuses particules virales. Cela semble être lié au fait que le récepteur ACE2, sur lequel se fixe le coronavirus pour rentrer dans les cellules, est présent à la surface du tube digestif. Quand on tire la chasse d’eau, une partie du contenu de l’eau de la cuvette des toilettes s’évapore sous forme de gouttelettes dans l’air (aérosolisation). En conséquence, il est possible que le virus s’attrape aux toilettes.

Par mesure de précaution : évitez de vous asseoir sur le rebord des toilettes, nettoyez-les régulièrement, prenez du papier pour toucher les poignées de porte, l’abattant de toilette et les boutons des toilettes et refermez bien la cuvette des toilettes avant de tirer la chasse d’eau. Aérez la pièce des toilettes le plus souvent possible. Les personnes qui s’occupent de jeunes enfants et de personnes âgées doivent aussi faire particulièrement attention à la manipulation des couches.


facebook twitter linkedin

Sources

Etude très détaillée des 310 passagers d'un vol Milan-Corée du Sud : visite médicale dans l'aéroport avant de partir, seuls les asymptomatiques ont pris l'avion (11 symptomatiques n'ont pas pris l'avion), masques obligatoires pendant toute la durée du vol sauf aux toilettes, quarantaine de 14 jours en arrivant en Corée et suivi médical pendant les 14 jours, tests COVID-19. Une personne de 28 ans a été contaminée lorsqu’elle a enlevé son masque pour aller aux toilettes lors de ce vol Milan-Corée du Sud. Cette personne s'était mise en quarantaine pendant 3 semaines seule à son domicile en Italie avant le vol et n'avait pas utilisé les transports en commun pour se rendre à l'aéroport. Elle a eu les premiers symptômes 8 jours après le vol. Dans l'avion, elle a utilisé les mêmes toilettes qu'une personne pré-symptomatique (testée positive 2 jours après le vol). Les 18 membres de l'équipage de cabine et du personnel médical n’ont pas été contaminés. Ils portaient tous des masques.

Bae, S. H., Shin, H., Koo, H. Y., Lee, S. W., Yang, J. M., & Yon, D. K. Asymptomatic Transmission of SARS-CoV-2 on Evacuation Flight. Emerging infectious diseases, 26(11).

Autour d’un patient atteint de COVID-19 à Singapour, qui toussait et qui avait une forme légère de la maladie, le virus SARS-CoV-2 a été retrouvé en quantités importantes sur la cuvette des toilettes.

Ong, S. W. X., Tan, Y. K., Chia, P. Y., Lee, T. H., Ng, O. T., Wong, M. S. Y., & Marimuthu, K. (2020). Air, surface environmental, and personal protective equipment contamination by severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2) from a symptomatic patient. Jama.

Dans la chambre d'une personne en quarantaine à Qingdao en Chine, de nombreux échantillons ont été collectés pour détecter la présence du coronavirus SARS-CoV-2. La plus grande quantité de virus a été détectée sur la cuvette des toilettes.

Hu, X., Xing, Y., Ni, W., Zhang, F., Lu, S., Wang, Z., ... & Jiang, F. (2020). Environmental contamination by SARS-CoV-2 of an imported case during incubation period. Science of The Total Environment, 742, 140620.

Le coronavirus SARS-CoV-2 a été isolé des fèces de 3 patients atteints de la COVID-19. Les particules virales ainsi isolées de 2 des 3 patients se sont avérées infectieuses quand elles ont été testées sur des cellules en culture.

Fei X, Jing S, Yonghao X, Fang L, Xiaofang H, Heying L, et al. Infectious SARS-CoV-2 in Feces of Patient with Severe COVID-19. Emer. Infect. Dis. 2020; 26(8).

De l’ADN du virus (de 500 à 100.000 copies par mL) a été retrouvé par RT-PCR dans les selles de 9 personnes sur 17 personnes infectées testées, à 0-13 jours après les premiers symptômes. Ces quantités sont moins importantes que celles observées dans les échantillons respiratoires.

Pan, Y., Zhang, D., Yang, P., Poon, L. L., & Wang, Q. (2020). Viral load of SARS-CoV-2 in clinical samples. The Lancet Infectious Diseases, 20(4), 411-412.

Des particules virales ont été retrouvées par RT-PCR dans les selles de 8 personnes (dont 6 enfants) parmi 27 personnes infectées testées. Quatre semaines après le début de l’infection, un adulte et deux enfants (2 et 3 ans) présentaient toujours des particules virales dans leurs selles alors qu’ils n’en avaient plus dans leurs prélèvements de nez et de gorge.

Ma, X., Su, L., Zhang, Y., Zhang, X., Gai, Z., & Zhang, Z. (2020). Do children need a longer time to shed SARS-CoV-2 in stool than adults?. Journal of Microbiology, Immunology and Infection.

Le virus est présent dans les selles de patients COVID-19.

Wu, Y., Guo, C., Tang, L., Hong, Z., Zhou, J., Dong, X., ... & Kuang, L. (2020). Prolonged presence of SARS-CoV-2 viral RNA in faecal samples. The Lancet Gastroenterology & Hepatology, 5(5), 434-435.

Une méta-analyse de 60 études, représentant un total de 4243 patients COVID-19, indique que 17% des patients ont des symptômes gastro-intestinaux et que 48% des patients ont des selles présentant des particules virales pendant l’infection. Parmi ces cas positifs, pour 70 % d’entre eux, des échantillons de selles collectés après la perte de détection du virus dans les échantillons respiratoires contenaient toujours le virus.

Cheung, K. S., Hung, I. F., Chan, P. P., Lung, K. C., Tso, E., Liu, R., ... & Yip, C. C. (2020). Gastrointestinal Manifestations of SARS-CoV-2 Infection and Virus Load in Fecal Samples from the Hong Kong Cohort and Systematic Review and Meta-analysis. Gastroenterology.

Lors de l’épidémie de SARS en 2003, 99 personnes vivant dans le même immeuble ont été contaminées à partir d’un seul appartement, dans lequel une personne infectée avait la diarrhée. Une étude approfondie montre que les déclenchements de chasse d’eau ont entraîné une aérosolisation des particules virales qui étaient présentes dans les selles. Ces particules se sont alors répandues dans la salle de bain, sont passées par un ventilateur d'extraction et ont ensuite pénétré dans les appartements des étages supérieurs.

Yu, I. T., Li, Y., Wong, T. W., Tam, W., Chan, A. T., Lee, J. H., ... & Ho, T. (2004). Evidence of airborne transmission of the severe acute respiratory syndrome virus. New England Journal of Medicine, 350(17), 1731-1739.

Même après avoir tiré la chasse d’eau plusieurs fois, une partie des particules virales sont encore présentes dans l’eau de la cuvette. De plus, lorsque l’on tire la chasse d’eau, de nombreuses gouttelettes contenant des bactéries et des particules virales se forment et peuvent se retrouver à plus d’un mètre de la cuvette des toilettes.

Gerba, C. P., Wallis, C., & Melnick, J. L. (1975). Microbiological hazards of household toilets: droplet production and the fate of residual organisms. Appl. Environ. Microbiol., 30(2), 229-237.

Modélisation mathématique qui suggère l’existence d’une voie de transmission alternative du virus qui ne passe pas par la contamination directe de personne à personne.

Ng, T. W., Danchin, A., & Turinici, G. (2020). A new transmission route for the propagation of the SARS-CoV-2 coronavirus. DOI: 10.21203/rs.3.rs-17870/v1 Preprint

En avril 2020, à Shanghai, les personnes témoignent qu’en quarantaine, de retour de l’étranger, ils doivent, avant de quitter leur chambre d’hôtel, décontaminer leurs toilettes : ajouter des comprimés chlorés dans la cuvette des toilettes, attendre 1h puis tirer la chasse d’eau (Xinyu Jia, communication personnelle).


Présence du SARS-CoV-2 dans les eaux usées.

Medema, G., Heijnen, L., Elsinga, G., Italiaander, R., & Brouwer, A. (2020). Presence of SARS-Coronavirus-2 in sewage. medRxiv.

La protéine ACE2 est abondante dans les poumons et l’intestin grêle.

Hamming, I., Timens, W., Bulthuis, M. L. C., Lely, A. T., Navis, G. J., & van Goor, H. (2004). Tissue distribution of ACE2 protein, the functional receptor for SARS coronavirus. A first step in understanding SARS pathogenesis. The Journal of Pathology: A Journal of the Pathological Society of Great Britain and Ireland, 203(2), 631-637.

Indication que le virus SARS-CoV-2 induit des lésions dans les cellules qui bordent le petit intestin et pourrait ainsi entraîner les symptômes gastro-intestinaux.

Zhang H, Li HB, Lyu JR, Lei XM, Li W, Wu G, Lyu J, Dai ZM. (2020) Specific ACE2 Expression in Small Intestinal Enterocytes may Cause Gastrointestinal Symptoms and Injury after 2019-nCoV Infection . Int J Infect Dis. 2020 Apr 17. pii: S1201-9712(20)30238-1. doi: 10.1016/j.ijid.2020.04.027.

Pour aller plus loin

Combien de temps le coronavirus est-il infectieux ?

A quoi sert la distanciation sociale?

Comment se laver les mains ?

Le coronavirus SARS-CoV-2 se transmet-il par aérosols ?

Que signifient les abréviations COVID, SARS, CoV, ARN, etc. ?

Pourquoi mettre un masque ?