< Propagation

Qu’est-ce qu’une situation super-propagatrice pour la COVID-19 ?

Texte mis à jour le 2020-06-23


Une situation est super-propagatrice pour la COVID-19 quand sont mis en présence de nombreuses personnes susceptibles d'être infectées par SARS-CoV-2 et que les conditions favorisent la probabilité de transmettre le coronavirus : contacts répétés ou étroits, présence de personnes fortement contaminantes, activités fortement contaminantes telles que le chant, et des conditions environnementales favorisant la survie du virus (température basse et atmosphère sèche).

Comme observé lors des épidémies de SRAS et de MERS, la COVID-19 ne semble flamber qu’en présence d’un événement ou d’une situation où de nombreuses personnes ont été simultanément contaminées par quelques individus, voire un seul. C’est le cas des chorales, des abattoirs, des navires de croisière ou militaires.

Il est possible de distinguer 4 types de situations super-propagatrices :

La COVID-19 semble principalement se transmettre dans les environnements fermés, les environnements mal ventilés, les lieux très fréquentés et quand les expositions sont de longue durée (1h ou plus).

Ainsi, ce qui définit une situation super-propagatrice, c’est à la fois la présence de nombreuses personnes susceptibles d’être infectées et des conditions favorisant la probabilité d’être infecté (contacts fréquemment répétés ou étroits, présence de personnes ou d’activités fortement contaminantes, par exemple).

Afin d’éviter une nouvelle croissance exponentielle de l’épidémie, il est important de limiter les situations super-propagatrices : éviter les grands rassemblements, mettre un masque et respecter les gestes barrières et les règles de distanciation sociale.


facebook twitter linkedin

Sources

Article soumis le 27 mai qui fait le point sur les situations super-propagatrices dans le cadre de la propagation de l'épidémie de COVID-19 et identifie les facteurs-clés d'une situation super-propagatrice.

Althouse, B. M., Wenger, E. A., Miller, J. C., Scarpino, S. V., Allard, A., Hébert-Dufresne, L., & Hu, H. (2020). Stochasticity and heterogeneity in the transmission dynamics of SARS-CoV-2. arXiv preprint arXiv:2005.13689.

Un résident de Hong Kong a visité le navire de croisière Diamond Princess le 25 janvier et a été testé positif. Le nombre de cas positifs sur le bateau de croisière a rapidement augmenté pour atteindre environ 700 personnes, soit 17 % de tous les passagers en 20 jours.

Mizumoto, K., Kagaya, K., Zarebski, A., & Chowell, G. (2020). Estimating the asymptomatic proportion of coronavirus disease 2019 (COVID-19) cases on board the Diamond Princess cruise ship, Yokohama, Japan, 2020. Eurosurveillance, 25(10), 2000180.

Plus de 100 cas de personnes atteintes de COVID-19 ont été retracés dans des boîtes de nuit de Séoul où s'était rendu un jeune homme qui a ensuite été testé positif.

Kwon, J. (2020). A new coronavirus cluster linked to Seoul nightclubs is fueling homophobia. CBSNews. 12 May 2020.

Une analyse de plus de 3700 patients infectés par le SARS-CoV-2 indique que la quantité de coronavirus mesurée dans les prélèvements est très variable selon les individus.

Jones, T. C., Mühlemann, B., Veith, T., Biele, G., Zuchowski, M., Hoffmann, J., ... & Drosten, C. (2020). An analysis of SARS-CoV-2 viral load by patient age. medRxiv.

Au Japon, de nombreux cas de contamination en “cluster” ont eu lieu dans des endroits fermés : salle de sport, bateau-restaurant, hôpital, festival où il y avait des tentes avec un taux de ventilation minimale pour manger.

Nishiura, H., Oshitani, H., Kobayashi, T., Saito, T., Sunagawa, T., Matsui, T., ... & Suzuki, M. (2020). Closed environments facilitate secondary transmission of coronavirus disease 2019 (COVID-19). medRxiv.

Compilation de 135 cas de contaminations COVID-19 : l’analyse du tableau fourni par les auteurs indique que plus de 95% des cas sont des transmissions en intérieur. Pour les 5% restants, il n’est pas clair que la transmission ait eu lieu en extérieur. Par exemple, les contaminations sur les chantiers de construction ont pu se produire dans les baraques de chantier.

Leclerc, Q. J., Fuller, N. M., Knight, L. E., Funk, S., Knight, G. M., & CMMID COVID-19 Working Group. (2020). What settings have been linked to SARS-CoV-2 transmission clusters?. Wellcome Open Research, 5(83), 83.

Les 60 membres d’une chorale se sont réunis dans une pièce pour chanter pendant 2h30 le 10 mars 2020 dans l’état de Washington aux Etats-Unis. Ils ont respecté les distances de sécurité, ont utilisé des solutions hydro alcooliques mais n’ont pas mis de masques. Trois semaines plus tard, 45 d’entre eux étaient testés positifs au COVID-19.

Article du Los Angeles Times du 29 mars 2020.

Une analyse de 50 clusters dans lesquels plus de 5 personnes ont été contaminés entre janvier et avril 2020 au Japon montre que les situations super-propagatrices sont surtout observées dans les établissements de santé, les maisons de repos, les restaurants, les bars, les lieux de travail et les événements musicaux. De nombreux clusters sont associés à une forte respiration : le chant lors de soirées karaoké, les acclamations dans les clubs, les conversations dans les bars et l'exercice physique dans les gymnases.

Furuse, Y., Sando, E., Tsuchiya, N., Miyahara, R., Yasuda, I., Ko, Y. K., ... & Nagata, S. Clusters of Coronavirus Disease in Communities, Japan, January–April 2020.

Pour aller plus loin

Létalité, mortalité, surmortalité, R0, kappa : de quoi parle-t-on ?

Pourquoi les situations super-propagatrices sont-elles cruciales pour comprendre l'épidémie de COVID-19 ?

Pourquoi les rassemblements ne sont-ils pas recommandés pendant l’épidémie de COVID-19 ?