< Masques

COVID : peut-on utiliser un masque chirurgical plusieurs fois ?

Texte mis à jour le 2020-10-12


Oui, on peut mettre un masque chirurgical déjà porté : il suffit de le garder au moins sept jours avant de le réutiliser, de préférence dans une enveloppe en papier. Cette réutilisation des masques réduit la pollution et les dépenses inutiles pendant la pandémie COVID-19.

Pendant l’épidémie de COVID, on peut ré-utiliser pour pour soi-même ses masques chirurgicaux : entre deux utilisations, il suffit de stocker son masque une semaine dans une enveloppe en papier, le temps que les coronavirus éventuellement présents sur le masque soient pratiquement tous inactivés.

Pourquoi ré-utiliser les masques chirurgicaux ?

Pourquoi cette réutilisation n’est-elle pas recommandée officiellement ?
Ces masques chirurgicaux ont été conçus dans les années 1960 pour un usage unique en milieu hospitalier, dans des conditions d’asepsie rigoureuse. Chirurgiens et infirmières en portent pour éviter de contaminer le champ opératoire, et ne pas infecter de leur salive le patient sur la table d’opération. Les masques étaient stériles, on les jetait après chaque opération.

C’est avec la pandémie de COVID-19 (pénurie de masques au début, puis consommation massive de masques chirurgicaux par le grand public) que la question de leur recyclage est devenue majeure. Néanmoins, les gouvernements et les instances de santé peuvent craindre l’utilisation de masques contaminés, et les échanges entre utilisateurs. Par ailleurs, les fabricants et les revendeurs ont intérêt à vendre le plus de masques possible.

Quelles sont les données montrant que cette méthode est efficace ?
La méthode que nous proposons est efficace, mais pas absolument : elle ne nettoie pas les masques sales et ne les stérilise pas, et en cas de contamination massive par le coronavirus, quelques virus peuvent subsister.

A température ambiante, les coronavirus perdent peu à peu leur pouvoir infectant. Sur du plastique ordinaire ce virus ne survit que quatre jours. Sur un masque contaminé expérimentalement par une forte charge virale, 99,9% des coronavirus SARS-CoV-2 sont inactifs au bout de 7 jours sur la face externe, et 4 jours sur la face interne. Au septième jour, on peut encore extraire 0,1% des virus de départ par lavage des fibres.

Nous pensons cependant que sur un masque faiblement contaminé il ne restera pratiquement aucun virus après 7 jours, et que s’il en reste ils sont fortement liés aux fibres du masque par attraction électrostatique. Enfin, les particules de la face avant du masque ne peuvent pas le traverser et donc pas être aspirées par le porteur du masque. Ce raisonnement est logique, et basé sur des données scientifiques, mais il ne garantit pas l’efficacité absolue de la méthode proposée, qui n’a d’ailleurs jamais été testée rigoureusement avec des volontaires.

Comment faire en pratique, concrètement ?
Nous ne parlons ici que de la méthode des enveloppes, qui est la plus simple et la plus pratique. Les membres de notre équipe l’utilisent depuis plusieurs mois. Pour les autres méthodes (chaleur sèche, vapeur, désinfectant), voir la question Peut-on-ré-utiliser-un-masque ?

Pourquoi stocker les masques dans une enveloppe en papier et pas en plastique ?

Combien de fois peut-on ainsi recycler son masque ?
Le pouvoir de filtration des masques chirurgicaux ne change pratiquement pas après avoir été portés (s’ils ne se mouillent pas), ni après avoir été stockés au sec à température ambiante, car la filtration repose sur le maillage des fibres et sur ses propriétés électrostatiques. Donc, si l’on est soigneux, et que le masque ne reçoit pas de projections, on peut garder le masque très longtemps, et le recycler au moins 20 ou 30 fois, ce qui permet plus de six mois d’utilisation. Mais on peut choisir de renouveler plus souvent ses masques.

Peut-on laver son masque chirurgical ou le désinfecter ?
Le lavage du masque chirurgical ou sa désinfection à l’alcool réduisent beaucoup sa capacité de filtration, en annulant les propriétés électrostatiques. De même, un chauffage trop fort ou trop long dégrade le masque, qui résiste cependant bien à 70°C pendant une heure.

En conclusion, cette méthode efficace et économique est assez simple pour être utilisée en pratique pendant longtemps. Elle n’est pas risquée, car c’est toujours la même personne qui utilisera les masques recyclés, ce qui annule le risque de transmettre des germes autres que les coronavirus. Elle n’est pas idéale, puisqu’elle ne garantit pas la désinfection totale des masques, mais elle est meilleure que ce que font beaucoup de gens qui utilisent leur masque en tissu comme on utilisait son mouchoir de coton : plié dans la poche du vêtement, parfois humide, sorti et rangé de nombreuses fois sans se laver les mains, et lavé uniquement quand il est visiblement trop sale pour être porté.

Mises en garde


facebook twitter linkedin

Sources

Une étude rigoureuse montre que sept jours après le dépôt de cinq-cent-mille virus sur un masque, le virus est indétectable sur la couche intérieure (côté bouche). Par contre, en lavant la couche externe à l’avant du masque on retrouve 0,1% des virus. Sur du papier, plus aucun virus n’est détectable trois heures après le dépôt des coronavirus. Enfin, cette étude montre que le virus ne survit pas deux jours à 37°C et pas 30 minutes à 56°C.

Chin, A., Chu, J., Perera, M., Hui, K., Yen, H. L., Chan, M., ... & Poon, L. (2020). Stability of SARS-CoV-2 in different environmental conditions. The Lancet Microbe.

Autre étude scientifique qui montre que 99.99% du virus SARS-CoV-2 est désactivé après 7 jours sur un masque chirurgical.

Liu, Y., Li, T., Deng, Y., Liu, S., Zhang, D., Li, H., ... & Zhou, Y. (2020). Stability of SARS-CoV-2 on environmental surfaces and in human excreta. medRxiv.

Cette étude montre que le virus SARS-CoV-2 ne survit que 4 jours sur du plastique.

van Doremalen, N., Bushmaker, T., Morris, D. H., Holbrook, M. G., Gamble, A., Williamson, B. N., ... & Lloyd-Smith, J. O. (2020). Aerosol and surface stability of SARS-CoV-2 as compared with SARS-CoV-1. New England Journal of Medicine.

Cette étude montre que le coronavirus SARS-CoV-2 ne survit pas cinq jours quand on le laisse sécher sur une plaque de verre à 20-25°C. A 37°C le virus séché sur du verre ne survit même pas 24h.

Chan, K. H., Sridhar, S., Zhang, R. R., Chu, H., Fung, A. F., Chan, G., ... & Yuen, K. Y. (2020). Factors affecting stability and infectivity of SARS-CoV-2. Journal of Hospital Infection, 106(2), 226-231.

Quatre-vingt-dix millions de masques par mois sont nécessaires aux soignants pour contrôler l’épidémie de COVID 19, selon les estimations de l'OMS (mars 2020). Cette estimation ne tient pas compte de l’usage des masques par la population générale.

World Health Organization. (2020). Shortage of personal protective equipment endangering health workers worldwide. Newsroom, March, 3, 2020.

Un groupe de travail de l'University College London a estimé que la demande actuelle pour le Royaume-Uni est de 24,7 milliards de masques par an. Si chaque personne au Royaume-Uni utilise un masque à usage unique par jour pendant un an, cela créera 123 000 tonnes de déchets plastiques non recyclables.

Report of UCL Plastic Waste Innovation Hub. The environmental dangers of employing single-useface masks as part of a COVID-19 exit strategy.

Le rejet d’un nombre monstrueux de masques chirurgicaux en matières plastiques dans l’environnement conduit à un phénomène de pollution visuelle, biologique et chimique sans précédent à l’échelle mondiale, dans tous les écosystèmes. C’est dans les milieux marins que l’impact des microplastiques risque d’être le plus néfaste.

Aragaw, T. A. (2020). Surgical face masks as a potential source for microplastic pollution in the COVID-19 scenario. Marine Pollution Bulletin, 159, 111517.

Un article bien illustré montrant le défi posé par le rejet de milliards de masques jetables dans l’environnement. Les conséquences de ces rejets sont évoquées, en particulier l’augmentation de la teneur des océans en microplastiques. Ces microplastiques sont une menace pour la faune marine, et une source possible d’intoxications et d’infections pour les personnes.

Fadare, O. O., & Okoffo, E. D. (2020). Covid-19 face masks: A potential source of microplastic fibers in the environment. The Science of the total environment, 737, 140279.

Cet article non scientifique, parmi bien d’autres, dénonce la laideur et le danger des masques répandus dans l’environnement. Celui-ci parle des nombreux masques chirurgicaux trouvés dans la mer Méditerranée et sur les plages des îles Soko à Hong-Kong. Les tortues et les dauphins peuvent les prendre pour de la nourriture, s’étouffer et mourir.

Kassam, A. More masks than jellyfish': coronavirus waste ends up in ocean. 8 juin 2020. Article de The Guardian.

La chaleur sèche à 80°C pendant une heure ne diminue pas significativement la capacité de filtration, la respirabilité, l’élasticité des bretelles et la forme de respirateurs FFR, même après 20 cycles. À plus forte raison, on peut penser qu’à température ambiante les qualités des masques chirurgicaux, faits de polypropylène comme les FFR, ne diminuent pas non plus.

Viscusi, D. J., King, W. P., & Shaffer, R. E. (2007). Effect of Decontamination on the Filtration Efficiency of Two Filtering Facepiece Respirator Models. Journal of the International Society for Respiratory Protection, 2493.

Les propriétés filtrantes des masques N95 ne sont pas dégradées par cinquante cycles de 30 minutes à 85°. A fortiori, on peut penser qu’à température ambiante les qualités des masques chirurgicaux, fait de polypropylène comme les N95, ne diminuent pas non plus.

Liao, L., Xiao, W., Zhao, M., Yu, X., Wang, H., Wang, Q., Chu, S., & Cui, Y. (2020). Can N95 Respirators Be Reused after Disinfection? How Many Times?. ACS nano, acsnano.0c03597. Advance online publication.

En période de pénurie de masques, l’inventeur du masque N95 (équivalent du masque FFP2) conseille aux médecins d’utiliser quatre masques en rotation sur quatre jours après les avoir marqués 1, 2, 3, et 4.

Juang, P. S., & Tsai, P. (2020). N95 Respirator Cleaning and Reuse Methods Proposed by the Inventor of the N95 Mask Material. Journal of Emergency Medicine.

Cet article non scientifique, parmi bien d’autres, suggère plusieurs façons de réutiliser un masque chirurgical. Il cite Michael Chang, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université Health Science Center de Houston, au Texas. M.Chang suggère de garder les masques quatre jours jours dans une boite perméable avant de les réutiliser.

Alix Couture, Réutiliser un masque chirurgical qui a traîné, est-ce une bonne idée? Huffingtonpost SCIENCE 24/09/2020

Cette revue scientifique décrit plusieurs méthodes de décontamination des masques, et décrit trois faits intéressants pour la méthode des masques en enveloppe. - L’utilisation d’un système de rotation sur sept jours est proposé, avec sept masques différents qui ont ainsi le temps de sécher et de se décontaminer. - L’efficacité de filtration et la perméabilité à l’air des masques N95 ne change pas après avoir été portés pendant 8 h consécutives par des volontaires. - Un masque chirurgical lavé 2 min à l’eau et au savon perd la moitié de son pouvoir filtrant, mais il reste cependant plus filtrant qu’un masque en tissu.

Tsai, P. (2020). Performance of masks and discussion of the inactivation of SARS-CoV-2. Engineered Science, 10(2), 1-7.

Cette étude montre que les charges statiques du polypropylène electret d’un masque chirurgical sont annulées par immersion 30 min dans dans l’eau à 56°C , mais sont partiellement restaurées par le séchage à l’air : le masque retrouve alors 60% des charges d’un masque neuf, et probablement 60% de l’efficacité de filtration.

Wang, D., Sun, B. C., Wang, J. X., Zhou, Y. Y., Chen, Z. W., Fang, Y., ... & Chu, G. W. (2020). Can Masks Be Reused After Hot Water Decontamination During the COVID-19 Pandemic?.Engineering.

La réutilisation du masque chirurgical n’affecte que très peu son taux de filtration. Après 3 cycles de 4 heures, on garde une filtration toujours >90% et bien au-dessus du masque en tissu.

Song, W., Pan, B., Kan, H., Xu, Y., & Yi, Z. (2020). Heat inactivating and reusing of virus-contaminated disposable medical mask. medRxiv.

Une évaluation en laboratoire de l'utilisation à court terme une fois par semaine des masques N95 sur plusieurs mois, en simulant l’utilisation par un spray contenant une solution de 5 mg de sel et un stockage en condition de bureau.

Moyer, E. S., & Bergman, M. S. (2000). Electrostatic N-95 respirator filter media efficiency degradation resulting from intermittent sodium chloride aerosol exposure. Applied occupational and environmental hygiene, 15(8), 600-608.

Trois modèles de masques chirurgicaux ont été mis quelques minutes et ôtés 20 fois, et l’ajustement testé à chaque fois. Tous les masques gardent un ajustement médian au-dessus de 100, ce qui est un bon ajustement.

Bergman, M. S., Viscusi, D. J., Zhuang, Z., Palmiero, A. J., Powell, J. B., & Shaffer, R. E. (2012). Impact of multiple consecutive donnings on filtering facepiece respirator fit. American journal of infection control, 40(4), 375-380.

Pour aller plus loin

Est ce que toutes les personnes infectées montrent des symptômes ?

A quoi sert la distanciation sociale?

Est ce que toutes les personnes infectées montrent des symptômes ?