< Rencontres

On prévoit des retrouvailles en famille pour les vacances : comment faire ?

Texte mis à jour le 2020-07-19


Passer des vacances en réunissant plusieurs générations et plusieurs foyers, c’est possible, mais cela demande des précautions. On peut réduire les risques de contamination en évitant de s’approcher, de se toucher et de se contaminer lors des repas, des jeux, de l’usage des toilettes et de la salle de bains.

L’été est propice aux retrouvailles entre grands-parents, enfants et petits enfants. Quand plusieurs foyers se retrouvent, il faut prendre des précautions afin d’éviter la propagation de la COVID-19. Le principal risque est que des personnes ne présentant pas (ou pas encore) de symptômes en contaminent d’autres. Voici quelques pistes pour réduire les risques de contamination et pour vous aider à réussir ces retrouvailles.

1. Réduisez les risques de contamination avant votre arrivée : pendant les 2 semaines précédant les retrouvailles, faites particulièrement attention à ne pas vous faire contaminer, évitez les rencontres nombreuses et les contacts physiques étroits, respectez rigoureusement les gestes barrières.

2. Si le voyage comporte des risques de contamination (train, avion, bateau, bus) : respectez une quarantaine à l’arrivée.

Pour être certain de ne pas transmettre le coronavirus à vos proches, la quarantaine doit durer 14 jours. Si personne ne montre de symptômes pendant ces deux semaines, les précautions peuvent cesser à l’intérieur du groupe, et chacun peut interagir sans risque.

Tout nouvel arrivant respectera la quarantaine et prendra toutes les précautions décrites ci-dessous avant d’être inclus dans le groupe. Ceux qui ont des contacts à l’extérieur du groupe (courses, sorties, activités) veilleront à ne pas se contaminer.

3. Si une quarantaine n’est pas possible : suivez les précautions ci-dessous et protégez avant tout les personnes âgées ou vulnérables.

Idéalement, séparez les chambres, les salles de bain et les toilettes entre foyers, ou au moins entre les personnes vulnérables et celles qui ne le sont pas (voir la question Comment vivre avec une personne vulnérable ?). Veillez à vous laver régulièrement les mains, évitez les embrassades et maintenez une distance d’au moins un mètre entre vous (voir question sur les distances).

Soyez prudent lors de la préparation des repas (voir la question Comment organiser un repas chez soi sans risque pour les convives ?). Le plus important est de manger à l’extérieur, que le cuisinier respecte des règles strictes d’hygiène, que la table soit suffisamment large pour ne pas être trop proche de la personne qui nous fait face et suffisamment longue pour ne pas être trop proche de notre voisin.

Pour les sanitaires, il est préférable de les désinfecter après chaque utilisation. Mettre un peu de Javel ou un cachet de chlore dans la cuvette et fermer le couvercle avant de tirer la chasse, puis pulvériser un peu d’alcool à 70% sur vos mains, sur la lunette des toilettes, et enfin sur la tirette ou le bouton de la chasse d’eau. En sortant : pensez à désinfecter à l’alcool les poignées de porte intérieure puis extérieure. Laisser la porte des toilettes grande ouverte afin d’aérer. Evitez d’aller aux toilettes juste après une autre personne si elle n’est pas du même foyer (voir la question Le coronavirus SARS-CoV-2 peut-il s’attraper en allant aux toilettes ?)

Si les grands-parents veulent faire des câlins à leurs enfants ou petits-enfants ou vice-versa, pensez aux câlins masqués pour limiter les risques de contamination.

4. Prévoyez un couchage où seules les personnes du même foyer sont dans la même pièce.

Il est recommandé de faire preuve de vigilance pour les pièces partagées : dormir ou rester longtemps dans un endroit fermé (chambre ou tente) avec quelqu’un d’un autre foyer est à éviter. Préférez des chambres séparées. Gardez les fenêtres ouvertes quand vous partagez une pièce. Faites attention aux endroits publics tels que les restaurants, ascenseurs, sanitaires partagés.

5. Privilégiez des activités en extérieur et sans contact.

Loisirs encouragés : individuel, si collectif, pratiquez dehors et sans contact. Pour des jeux de raquettes, désinfectez balles et manches entre chaque joueur.

Loisirs à faire avec vigilance : jeux de cartes et jeux de plateau. Lavez vous régulièrement les mains.

6. Nommez un·e responsable “hygiène”.

Un responsable peut expliquer à chacun de surveiller sa santé : le moindre “rhume” ou symptôme doit être signalé à la famille. Idem si on apprend qu’une personne rencontrée juste avant le voyage est suspectée d’avoir la COVID-19.

Le responsable pulvérisera régulièrement de l’alcool à 70%, ou essuyera avec une lingette alcoolisée les poignées de porte, les rampes d’escalier, les poignées du frigidaire et de la machine à café et autres surfaces d’échanges du virus (voir la question Comment améliorer l’hygiène de son environnement ?).

Le responsable hygiène encouragera chacun à se laver les mains, correctement et souvent. Il vérifiera aussi que les pièces sont bien aérées.

Si le groupe est grand et la tâche complexe, ne pas hésiter à faire une fiche qualité comme dans les hôtels et aéroports : une ligne par point à surveiller, et une distribution des tâches parmi le groupe afin que la personne en charge d’un point particulier (désinfecter par exemple) indique la date, l’heure et ses initiales quand la tâche est réalisée ;-)


facebook twitter linkedin

Sources

D’après les données de l'hôpital de Guangzhou en Chine, les symptômes de la COVID-19 apparaissent en moyenne 5 jours après l’infection.

He, X., Lau, E. H., Wu, P., Deng, X., Wang, J., Hao, X., ... & Mo, X. (2020). Temporal dynamics in viral shedding and transmissibility of COVID-19. Nature medicine, 26(5), 672-675.

Entre le moment de l’infection et les premiers symptômes, il s’est écoulé en moyenne 4 à 5 jours d’après les données de Tianjin en Chine et de Singapour.

Ganyani, T., Kremer, C., Chen, D., Torneri, A., Faes, C., Wallinga, J., & Hens, N. (2020). Estimating the generation interval for COVID-19 based on symptom onset data. medRxiv.

Une méta-analyse à partir de 5 études estime que le temps moyen d’incubation est de 5,1 jours.

He, W., Yi, G. Y., & Zhu, Y. (2020). Estimation of the basic reproduction number, average incubation time, asymptomatic infection rate, and case fatality rate for COVID‐19: Meta‐analysis and sensitivity analysis. Journal of Medical Virology.

Dans un restaurant, une personne atteinte de la COVID-19 et pré-symptomatique a contaminé au moins deux autres personnes situées à plus de 2 mètres, qui mangeaient à deux tables voisines. Notez que l’espace était clos et que la ventilation a dû contribuer à la dissémination des particules virales.

Lu, J., Gu, J., Li, K., Xu, C., Su, W., Lai, Z., ... & Yang, Z. (2020). COVID-19 Outbreak Associated with Air Conditioning in Restaurant, Guangzhou, China, 2020. Emerging Infectious Diseases, 26(7).

Plusieurs cas de COVID-19 en janvier-février 2020 en Corée du Sud sont dus à des contaminations suite à un repas en famille ou au restaurant/café.

Kong, I., Park, Y., Woo, Y., Lee, J., Cha, J., Choi, J., ... & Kim, T. (2020). Early epidemiological and clinical characteristics of 28 cases of coronavirus disease in South Korea. Osong Public Health Res Perspect, 11(1), 8-14.

Plusieurs personnes de la même famille ont été contaminées suite à deux dîners de réunion de famille.

Ye, F., Xu, S., Rong, Z., Xu, R., Liu, X., Deng, P., ... & Xu, X. (2020). Delivery of infection from asymptomatic carriers of COVID-19 in a familial cluster. International Journal of Infectious Diseases.

Plusieurs cas de contamination à des repas en famille en Chine.

Liu, Y., Eggo, R. M., & Kucharski, A. J. (2020). Secondary attack rate and superspreading events for SARS-CoV-2. The Lancet, 395(10227), e47.

L'étude épidémiologique en Chine de 105 cas de COVID-19 et de leurs contacts étroits révèle que la transmission secondaire du coronavirus SARS-CoV-2 a eu lieu dans 64 des 392 contacts familiaux (16,3 %). Le taux d'attaque secondaire chez les enfants était de 4 %, contre 17,1 % chez les adultes. Le taux d'attaque secondaire chez les contacts au sein des ménages avec des patients de référence mis en quarantaine par eux-mêmes depuis l'apparition des symptômes était de 0 %, contre 16,9 % chez les contacts sans patients de référence mis en quarantaine. Le taux d'attaque secondaire des contacts qui étaient les conjoints des cas index était de 27,8 %, contre 17,3 % pour les autres membres adultes des ménages.

Li, W., Zhang, B., Lu, J., Liu, S., Chang, Z., Cao, P., ... & Chen, J. (2020). The characteristics of household transmission of COVID-19. Clinical Infectious Diseases.

A Shenzen, d’après une étude épidémiologique de 391 cas de COVID-19, le pourcentage de contacts familiaux (ceux qui partagent une chambre, un appartement ou un autre type de couchage) dont l'infection par le coronavirus SARS-CoV-2 a été confirmée ultérieurement, a été estimé à 15%.

Bi, Q., Wu, Y., Mei, S., Ye, C., Zou, X., Zhang, Z., Liu, X., Wei, L., Truelove, S. A., Zhang, T., Gao, W., Cheng, C., Tang, X., Wu, X., Wu, Y., Sun, B., Huang, S., Sun, Y., Zhang, J., Ma, T., … Feng, T. (2020). Epidemiology and transmission of COVID-19 in 391 cases and 1286 of their close contacts in Shenzhen, China: a retrospective cohort study. The Lancet. Infectious diseases, S1473-3099(20)30287-5.

L’analyse des contacts étroits de cas de COVID-19 révèle un taux de contamination d’environ 30% au sein de la famille au début de l'épidémie à Wuhan.

Wang Z, Ma W, Zheng X, Wu G, Zhang R (2020). Household transmission of SARS-CoV-2. J Infect. 81:179-182.

Pour aller plus loin

Comment organiser un repas chez soi sans risque pour les convives ?

Comment vivre avec une personne vulnérable ?

Pourquoi doit-on faire attention si on vit avec une personne vulnérable?

Dois-je porter un masque si je n’ai pas de symptômes ?

Comment évaluer les risques dans notre vie quotidienne ?

Dois-je porter un masque dehors/dedans ?